< Retour

Brandt Motors : des immatériels dans la machine à laver !

Promise fin 2010 à la fermeture, l’usine FagorBrandt de Lyon, bien connue pour sa fabrication d’appareils électroménagers Brandt et Vedette, doit sa survie à un industriel isérois et à son projet de petit véhicule utilitaire électrique ou hybride. Le site, après un an de négociations avec FagorBrandt (appartenant au fabricant espagnol d’électroménager Fagor Electrodomesticos), a été repris par Pierre Millet et porte depuis le nom de Société d’innovation et de technologie de Lyon (SITL). Il a été inauguré en septembre dernier.

 

Plusieurs déclinaisons de petits utilitaires électriques sont fabriquées dans l’usine. La fabrication de machines à laver va s’arrêter progressivement. Au terme d’un accord avec FagorBrandt, la SITL, qui a repris la quasi-totalité des salariés, va sous-traiter leur fabrication jusqu’en 2015. L’électroménager continue aujourd’hui d’employer la grande majorité des quelque 450 employés. Mais à l’horizon 2015, place sera faite à la production des utilitaires, sous la marque Brandt Motors. Le site produira également des filtres de traitement des eaux usées.

 

Comment rebondir de la machine à laver au véhicule utilitaire électrique ? En pariant sur les forces immatérielles du site et de ses équipes :

 

–          Des savoir-faire distinctifs mobilisables immédiatement autour d’activités vertes, en particulier les  compétences du personnel en injection plastique, peinture, soudure, emboutissage…

–          Un actionnaire fidèle – Fagor-Brandt –, qui malgré son départ de Lyon, a tenu à participer à cette reconversion et reste présent à 10% au capital de SITL

–          La continuité d’utilisation en licence de la marque Brandt pour ses véhicules, nom bénéficiant d’une forte notoriété en France

–          Des leaders parmi le personnel, des « défricheurs » qui ont convaincu et emmené les indécis (la majorité) dans l’aventure. Ces « défricheurs » – une trentaine de personnes – sont devenus les pionniers des nouvelles activités. Ils ont participé à la création du bureau d’études pour fabriquer les gabarits de montage des véhicules, et ont appris à assembler des voitures chez le prototypiste Lumeneo à Paris

–          Un dialogue social constructif entre Direction et syndicats

 

Une belle histoire – à suivre –, source d’inspiration pour tous les actionnaires et dirigeants qui font face à des choix lourds d’implantation de leurs usines, d’investissements et désinvestissements industriels.

 

0 Commentaire(s)

Écrire un commentaire

Question de sécurité * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.