< Retour

L’intelligence économique et immatérielle pour faire décoller l’Ile de Beauté

Si activer ses forces immatérielles est l’art de la différenciation, développer son intelligence économique est l’art du mimétisme, à la fois défensif et offensif. Bien maîtriser son patrimoine immatériel, et bien opérer l’intelligence économique sont les deux faces d’une même pièce.

Le 17 mai 2013 à Bastia s’est tenu un séminaire portant justement sur: «L’Intelligence Economique : un outil au service du développement territorial ».

 

A cette occasion, les trinômes académiques – structures de concertation et d’organisation déconcentrées réunissant au niveau académique sous l’autorité du Recteur, l’autorité militaire territoriale (le délégué militaire départemental du chef-lieu de l’académie) et le président de l’association régionale des anciens auditeurs de l’institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) – de la zone de Défense Sud (Nice, Marseille, Corse) se sont saisi du sujet de l’intelligence économique au service de la singularité des territoires. Et celui de l’Ile de Beauté en premier lieu.

 

Un panel très complet d’autorités publiques et de spécialistes de l’intelligence économique ont pris part aux débats, notamment :

 

–  Monsieur JUILLET Alain – Consultant International – Président de l’Académie d’intelligence Economique – Président du club des directeurs de sécurité des entreprises

–  Monsieur BELMONT Hervé – Directeur de la DIRECCTE de Corse – Commissaire au redressement productif pour la Corse

–  Monsieur BUCHLER Hervé – Directeur Régional sud de la Direction de la Protection et de la Sécurité de la Défense du Ministère de la Défense

–  Monsieur BOUDRANDI Stéphane – Directeur du Développement de l’I.E.P d’Aix-en-Provence – Directeur du Centre de Formation d’Intelligence Economique et Stratégique (CFIES) de l’I.E.P d’Aix-en-Provence

–  Monsieur CLERC Philippe – Conseiller Expert Intelligence économique internationale Senior Advisor for Global Competitive Intelligence, Direction International, Industrie, Innovation, Intelligence économique, CCI France

–  Monsieur DOU Henri – Professeur des universités – Directeur d’ATELIS France Business School

 

Kea&Partners était représenté par Jérôme Julia, qui est intervenu sur le thème du patrimoine immatériel comme source de compétitivité et de développement pour la Corse.

 

Quelques idées clefs ont été partagées au cours des différentes tables rondes :

 

–          L’action de l’Etat, au travers ses différents acteurs (DIRECCTE, DCRI, DPSD…), a plusieurs objets

  • La veille stratégique, le volet le plus « classique » de l’intelligence économique
  • Le soutien à la compétitivité des entreprises, le volet le plus actuel
  • La sécurité économique, qui prend différentes formes : sécurité industrielle et contre-ingérence c’est-à-dire la surveillance des prises d’intérêts, des prises de contrôle de Conseil d’Administration, des pratiques de dumping, des transferts d’activités, et des transferts de technologies

–          La plus grosse part d’activité des services de renseignements est aujourd’hui consacrée aux domaines scientifiques, techniques et industriels (54%), loin devant la défense nationale proprement dite (16%), ou les enjeux politiques et sociaux

–     La situation est souvent paradoxale : il s’agit tout à la fois de mieux protéger les savoir-faire nationaux, tout en augmentant l’ouverture sur l’extérieur des entreprises (méga contrats, JV, transferts de technologies…)

–     L’hyper-concurrence internationale que nous allons connaître de manière plus forte dans tous les secteurs va obliger les entreprises françaises et européennes à se battre sur leurs avantages compétitifs fondamentaux

–     Plusieurs exemples de développement international et local ont été partagés : Saint Pierre et Miquelon, le Pays Basque, la Vendée …

 

Le débat sur les conditions de décollage de la Corse elle-même a été riche : réalité et attractivité du patrimoine immatériel de la région ; vitalité des élites et rôle des réseaux Corses dans le monde de l’entreprise ; désenclavement ; qualité des relations avec les entreprises du continent …

 

En période de croissance nulle (prévisions 2013 pour la France), l’intelligence économique doit être renforcée afin de trouver les nouveaux relais de développement, de protéger ses forces immatérielles et de réussir une coopération équilibrée et durable avec ses partenaires.

 

0 Commentaire(s)

Écrire un commentaire

Question de sécurité * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.